Le 1er mai est un jour chômé obligatoire, sans condition d’ancienneté ni de présence la veille ou le lendemain du jour férié. Ce jour chômé ne doit pas entraîner de réduction de salaire.

Il n’est pas obligatoire dans les établissements, qui, en raison de leur activité, ne peuvent interrompre le travail. C’est le cas du secteur des Hôtels Cafés Restaurants (HCR).

Concernant les salariés des HCR :

Vous travaillez le 1er mai : vous avez droit en plus de votre salaire à une indemnité égale au montant de ce salaire. Si vous êtes rémunéré au service, vous recevrez une indemnité égale au montant de la répartition du service pour cette journée.

Attention ! Le paiement double de cette journée travaillée est un principe d’ordre public, c’est-à-dire que rien ne peut y déroger (convention collective, accord d’entreprise, accord du salarié). Votre employeur n’a donc pas le droit de vous accorder un jour de repos compensateur  au lieu du paiement double de cette journée.

Vous ne travaillez pas le 1er mai (fermeture de l’établissement, jour de repos) : vous êtes rémunéré comme si vous aviez travaillé. Si vous êtes rémunéré au service, vous ne percevez aucune rémunération.

Si votre employeur a décidé de fermer l’établissement, alors qu’il est d’habitude ouvert, il a une obligation dans ce cas de vous verser votre salaire comme si vous aviez travaillé.

Attention ! Le 1er mai ne doit pas être imputé sur les 10 jours fériés conventionnelles.