Malgré des annonces faites à la presse confirmant le redressement du groupe et le retour aux bénéfices pour l’année prochaine, la direction a entamé, hier, une consultation du Comité Central d’Entreprise sur un plan de sauvegarde de l’emploi.
Le chiffre d’affaires du groupe au niveau européen n’a progressé « que » de 2,5% pour l’exercice 2003/2004.
Accusée de plomber les résultats du groupe avec une perte de 6,2 millions d’euros, les salariés de la filiale française seront appelés à en faire les frais. 10% de réduction des effectifs, externalisation de certains services du siège, fermeture de certaines agences et « dégraissages » sont à l’ordre du jour. Seuls les services de vente par internet seront épargnés.
On est loin des annonces faites en février 2003 aux salariés des 415 agences Havas Voyages par Thomas Cook, qui en s’implantant en France par leur rachat, promettait alors l’ouverture d’une cinquante de nouveaux points de vente chaque année.