C’est désormais un acquis pour les salariés relevant de la Convention Collective des HCR donc il faut en parler. Mais …
Refusons la propagande patronale
Tout d’abord, signalons notre désapprobation du terme « 6ème semaine de CP » car en réalité, ce ne sont pas des congés payés. Des CP ne peuvent pas non plus être assimilés à des jours de RTT comme cela se fait dans l’accord.
En revanche, ce terme permet à Daguin et les organisations patronales de faire croire aux médias et à l’opinion publique que les salariés des Hôtels, Cafés, Restaurants sont des nantis. Pensez donc, davantage de congés payés que les fonctionnaires ! Vous et moi connaissons la réalité : 200 heures de travail de plus que les autres branches professionnelles. 4 jours fériés payés et chômés par an (en réalité 3 car la journée de solidarité a immédiatement repris le 4ème) au lieu de 11 pour les autres salariés. Des repos hebdomadaires pouvant être fractionnés… Et 52% des salariés au SMIC ou moins.
Pourquoi les patrons ont lâché ces jours
Les employeurs voulaient donner l’impression de faire de grandes concessions en contrepartie des cadeaux fiscaux que leur offrait le gouvernement. Cette mesure leur permet de ne rémunérer les heures supplémentaires qu’à compter de la 40ème heure. On aussi spéculer sur son application car entre les employeurs réfractaires et les salariés qui méconnaissent leurs droits, bon nombre d’entre eux passeront à côté.
En réalité, ce sont des jours de repos compensateur liés aux heures travaillées au-delà des 35 heures hebdos – durée légale du travail à la date de signature de l’accord du 13 juillet 2004. Cet accord, étendu le 31 décembre 2004 et devenu l’annexe n° 1 à la CCN des HCR confirmait une durée du travail dans les HCR de 39 heures.
Le calcul est très simple : 4 heures par semaine x 25% = une demi-journée par mois de récupération. 12 x une demi-journée = 6 jours ouvrables = une 6ème « semaine de CP ».
Quand est-ce que les salariés peuvent prendre ces jours ?
Jusqu’au 30 avril 2007 en continu ou en fractionné.
Cas particulier
Les entreprises ayant déjà adopté les 37 heures en 2004 qui bénéficient d’un sursis d’application.
Salariés ayant quitté l’entreprise
Comme nous l’avons déjà dit sur le site, les salariés qui ont quitté une entreprise des HCR depuis le 1er juin 2005 ont droit au paiement de ces jours à raison d’une demi-journée par mois dans leur solde de tout compte. Oui, même les saisonniers ! Il est encore temps de les réclamer !

N.B. Le journal « l’hôtellerie », irréfutable pour les patrons, a réalisé un dossier d’explications à ce sujet dans son numéro 2980 du 9 juin 2006.