[audio:806.mp3]
Si vous aviez acheté une action Accor il y a un an et que vous n’aviez pas bougé vos fesses depuis, vous pourriez la revendre aujourd’hui 27% plus cher (soit 71,34 € contre 57,45 € à l’achat). Si vous n’aviez pas envie de bouger vos fesses mais étiez un peu plus malin, vous auriez pu gagner bien d’avantage.
Sans vendre cette action, vous toucherez 1,45 € de prime (dividende) ; prime en hausse également de 26% par rapport à l’année précédente.
Et en plus cette année, comme vous avez été « fidèle », vous auriez droit à une prime (dividende) exceptionnelle de 1,50 €. Plus du double du revenu annuel 2006 !
Si vous étiez salarié du groupe Accor, que vous vous leviez tôt chaque matin ou rentriez tard chaque soir à grands frais chez vous, que vous assumiez ou non la responsabilité du travail d’un ou plusieurs de vos collègues voire de l’hôtel tout entier la nuit, que vous assumiez les relations avec les clients en vue de les contenter suffisamment pour qu’ils continuent d’assurer les revenus du groupe Accor, que cela implique de leur sourire quoiqu’il vous arrive, qu’il faille supporter le stress, des efforts physiques, des remarques acerbes des clients et des supérieurs hiérarchiques sans rien dire, etc
Vous auriez environ 2,5% d’augmentation de salaire en 2007 (moyenne généralement constaté par les équipes CFDT) et si vous étiez SMICARD, 0% jusqu’au 1er juillet 2007 puis l’augmentation nationale ensuite.
Et comme vous, vous l’aurez dépensé pour survivre, vous auriez subi la hausse du coût de la vie d’à peu près le même pourcentage, vous n’auriez finalement aucune augmentation de votre pouvoir achat, voire une régression !
Pour résumer :
L’actionnaire qui n’a pas bougé a gagné 32% !
Vous qui avez travaillé toute l’année : vous n’avez rien gagné de plus !
Comme dit la direction : on ne peut comparer des choses incomparables. Si, Messieurs, puisque la morale de l’histoire et que, si en 2006, vous aviez acheté (grâce à des emprunts) 4 000 actions Accor au lieu d’acheter, par exemple, une maison (230 000 euros), vous auriez gagner votre SMIC de cette année rien qu’en dividendes ! Alors qu’en achetant la maison, vous avez donné le quart de votre SMIC à la banque en intérêts. Voilà, la CFDT vous fait faire de bonnes affaires !
Ah oui, mais qui ferait sourire les clients ?