Alors que le groupe Accor a signé un accord international sur le droit syndical avec l’UITA (la fédération internationale des syndicats du secteur de l’hôtellerie-restauration), ses dirigeants au Canada bafouent sans scrupules, le droit des salariés.

Au cours des 30 derniers mois, les salariés des hôtels Novotel Mississauga, Novotel Ottawa et Novotel North York ont fait part de leur soutien majoritaire à une représentation syndicale en prenant leur carte d’adhérent. En représailles, Accor a sanctionné, mis à pied et licencié des employés pour avoir simplement parlé du syndicat lors de leurs pauses dans l’enceinte de ces établissements.

A plusieurs reprises, lors de réunions obligatoires du personnel d’entretien, la direction a indiqué aux employés que d’après la loi canadienne, il est illégal pour les militants syndicaux de leur rendre visite à domicile (ce qui est faux) en les invitant à appeler la police dans de tels cas.

Le syndicat local, UNITE HERE (section locale 75) a saisi la Commission des Relations du Travail de l’Ontario en fournissant de nombreuses preuves de la conduite antisyndicale du groupe Accor. Le jour de l’ouverture des audiences, le 17 février, M. Buitenhuis, le vice-président d’Accor Canada, a trouvé le temps de participer à une réunion administrative de routine pour y faire passer un message antisyndical.

Notre syndicat rejoint l’UITA dans son appel au respect de l’accord international et plus généralement au respect du droit du travail dans tous les pays où le groupe Accor est présent.

Sources : Site UITA, Rapport UITA, UNITE HERE (en anglais).