Gilles Pélisson, P.-D.G. depuis quelques mois d’Accor s’acharne à démantéler l’œuvre de son oncle Gérard, co-fondateur, co-président et co-constructeur du groupe.
Après la cession immobilière de 76 hôtels en France, puis de 6 Sofitel aux Etats-Unis, de ses actions dans Compass, de sa majorité dans Carlson Wagons Lits, de sa majorité au Club Méditerranée, puis de l’annonce de la cession de Go Voyages, et des activités de restauration collective en Italie, c’est maintenant 535 hôtels supplémentaires qui seront cédés d’ici 2008 (et on en oublie) !
Bien qu’il ne représentera bientôt plus qu’une poignée de contrats, toutes ces promesses voient l’action du groupe Accor crever son plafond après l’annonce au premier trimestre 2006 d’un bénéfice net de 241 millions d’euros, en hausse de 54,3% sur un an, pour un chiffre d’affaires de 3,69 milliards d’euros, lui-même en hausse de 8,4%. Le P.D.-G. a précisé que le produit de ces ventes serait rétrocédé aux actionnaires.
Et les salariés dans tout ça ? Toujours au SMIC et subventionnés par l’Etat ? Allez fils, Tonton doit être fier de toi !