Avec Easy Travel Services, entrez dans un nouvel univers ! Ce sera celui du chômage pour les 413 salariés licenciés du fait de son lancement.
Ne manquant pas de cynisme, la direction d’American Express Voyages d’Affaires a distribué hier, aux représentants du personnel, copie du communiqué de presse ainsi titré annonçant qu’elle « révolutionne le marché des voyages d’affaires ».
Ayant investi dans un logiciel de gestion qui peut être utilisé directement par le client via un portail internet, AEVA compte faire travailler les secrétaires de ses clients à la place de ses propres salariés. Avec des « profils voyageurs » et autres « déplacements récurrents », AEVA a chiffré la quantité de travail économisé à 413 emplois. Une belle économie qu’elle souhaite réaliser dès que possible quitte à tordre la procédure de consultation des instances de représentation du personnel.
La CFDT a prévenu American Express Voyages d’Affaires, par lettre recommandée, du caractère litigieux de son projet d’accord de méthode en principe destiné à régir uniquement la consultation du Comité Central d’Entreprise et des Comités d’Entreprise dans le cadre du projet de restructuration de l’entreprise.
Faisant la sourde oreille, AEVA a communiqué, hier, son projet définitif confirmant son ambition de passer en force. Le texte présenté lie les mains du CCE en incluant le projet économique, le nombre et les critères des licenciements ainsi que les modalités du plan de sauvegarde de l’emploi. L’ensemble formant un « tout indissociable ».
AEVA prend ainsi les risques invoqués dans notre article précédent. Prochaine épisode au tribunal