[audio:874.mp3]
Nous avons mentionné ce conflit à l’hôtel Marriott Renaissance de Séoul (Corée du Sud) en octobre 2006. Son origine remonte à 2001. Plus d’une centaine de membres du personnel de chambre avaient été obligés de démissionner et de s’embaucher auprès d’une société de sous-traitance formée à la hâte, « Renaissance Service Team ». Du coup, leurs salaires étaient réduits de 60%, alors qu’ils continuaient de faire exactement le même travail.
Après cinq années de tentatives de conciliation, de négociations infructueuses et de procédures interminables, les salariés ont dressé un piquet de grève devant l’hôtel le 1er janvier 2006 et ils l’animent depuis cette date.
La 19 juillet dernier, le Tribunal du district central de Séoul a statué en leur faveur, confirmé une décision précédente (mai 2004) que l’opération de sous-traitance était une duperie illégale. Il ordonne la réintégration des travailleurs. Le tribunal a en outre ordonné à l’hôtel de verser à chacun d’entre eux, la somme de $1 400 US par mois jusqu’à leur réintégration et de payer les quatre cinquièmes des frais de la poursuite.
La direction continue à faire la sourde oreille, refusant d’appliquer cette décision de justice le condamnant. En effet, elle a la possibilité de faire appel, prolongeant encore les souffrances et le difficultés financières des familles de travailleurs qui réclament leur juste droit.
L’UITA, l’organisme internationale regroupant les syndicats des salariés de l’hôtellerie et du tourisme sollicite notre aide. Vous pouvez envoyer un message de protestation à la direction de l’hôtel en cliquant sur ce lien.
Un dossier complet est disponible ici.