Les employeurs prolongent le lock-out
Manifestation des personnels hôteliers à Los AngelesQuarante-quatre membres et sympathisants des syndicats de l’hôtellerie de Los Angeles ont été arrêtés le 5 octobre lors d’une manifestation de soutien aux membres de UNITE HERE en grève et en lock-out à San Francisco. La manifestation réunissait quelques mille syndiqués, partisans des droits syndicaux et militants des droits communautaires et civils devant l’hôtel Hyatt Regency du centre-ville, et la police est intervenue pour procéder à des arrestations massives après que les manifestants n’aient pas répondu à l’ordre de se disperser donné par la police.
La police a durement réprimé la manifestationLe même jour, le groupe d’employeurs représentant les 14 principaux hôtels de la ville a voté en faveur de la poursuite du lock-out des 4000 membres de la section locale 2 (San Francisco) de UNITE HERE au-delà du 13 octobre, date fixée par le syndicat pour la fin de la grève qui avait incité les employeurs à décréter un lock-out plus large. Les employeurs de l’hôtellerie de San Francisco ont refusé de négocier une nouvelle convention expirant dans deux ans, ce qui aurait permis d’harmoniser la date d’expiration des conventions collectives des hôtels de dix grandes villes des États-Unis, augmentant ainsi le pouvoir de négociation à l’échelle nationale avec les grandes chaînes hôtelières qui dominent aujourd’hui le secteur.
À l’échelle nationale, UNITE HERE concentre ses efforts sur quatre grandes chaînes hôtelières, qui sont des employeurs importants et qui mènent l’opposition aux demandes syndicales : InterContinental, Starwood, Marriott et Hyatt.
(Information relayée par l’UITA le 11 octobre 2004)