Les années se suivent et finissent véritablement par se ressembler dans le secteur de la restauration collective. Chez Compass, l’un des leaders du secteur,  pour les augmentations de salaires on fait comme les concurrents: on ne donne rien aux salariés et on garde le reste pour les actionnaires du groupe.

2013 : 0% ! Et pour 2014 : 0.5% ou 0.8%, c’est la marge de négociation…

Les conditions de travail se dégradent et le sous-effectif devient la norme de gestion du personnel. Et ce sont bien les salariés qui, par leur conscience professionnelle, régule toutes les insuffisances liées à l’organisation du travail, pour que celui-ci soit bien fait.

C’est vrai, qu’historiquement, les salaires du secteur de la restauration collective ont toujours été bas, plutôt très bas, mais on frise des records. Pendant ce temps, on l’a déjà dit et redit, Compass reçoit de très importantes ristournes sur les cotisations sociales (1 salaire sur 4 est financé par les fonds publics).

Et cela va durer encore combien de temps ? La section CFDT Compass, dans un tract, dénonce cette situation et invite les salariés à réaliser leur travail sans excès « cela peut nuire à la santé ». Le faire normalement, sans courir, car cela peut entraîner des accidents de travail qui sont systématiquement reprochés par la direction.

Au-delà de ces lignes, il conviendrait quand même, qu’un jour,  les dizaines de milliers de salariés (tous statuts confondus) du secteur de la restauration collective (quelle que soit l’enseigne) s’organisent et se rassemblent pour exprimer leur colère et leur ras-le-bol ! La prise de conscience doit être collective et la CFDT est à l’initiative.