[audio:810.mp3]
Avenance qui lutte depuis des décennies pour faire bannir du vocabulaire populaire le mot « cantine » vient de lancer « cantines.com » sur Internet. Selon le dicton « Quand on n’arrive pas à les battre autant les rejoindre », Avenance abandonne les termes « restaurant scolaire », et « restaurant d’entreprise » faute d’avoir su, avec ses concurrents, les imposer.
Au-delà de ces mots, cantines.com communique les menus de la semaine et prodigue des conseils nutritionnels aux élèves, aux parents et aux enseignants, assortis selon le cas, de jeux, de propositions de lecture ou de parcours pédagogiques touts faits.
On serait tenté de croire à une belle démonstration de la responsabilité sociale de cette filiale de la multinationale française, Elior
Si on ne savait pas que cette démarche a été mise en place pour justifier des suppressions d’emplois dans ses cuisines centrales.
Parallèlement, un audit a abouti à un système de contrôle de gestion en temps réel. Il impose un choix de menus dont le coût alimentaire absolu, entrée, plat et fromage/dessert ne dépasse pas la limite d’un euro par plateau quelque soit le client (de la maternelle jusqu’aux personnes âgées).
Par ailleurs, des compressions d’effectifs, un « monitoring » de la production et des livraisons ainsi que des essais de sous-traitance de certains services tels que le portage des repas aux écoles et/ou à domicile en ont résulté.
Qui a dit que le taylorisme est mort ? C’est encore une catégorie de salariés qui subiront les conséquences au bénéfice d’une autre, plus aisée.