Dans cette filiale du groupe Elior, la direction multiplie les demandes de licenciement à l’encontre des représentants du personnel. La CFDT n’a pas échappé à ce mouvement d’humeur. Dans la région Est Rhône Alpes, l’Inspection du Travail a refusé par courrier en date du jeudi 1er septembre, le licenciement de deux élues CFDT siégeant chacune dans plusieurs instances de représentation du personnel.
Dès le lendemain, jour de la rentrée scolaire, la direction a entamé des mesures de rétorsion avec des modifications de leurs jours et horaires de travail.
Tout indique que la direction n’attendait pas une telle décision. Les deux salariées avaient été mises en congé précocement à la fin de l’année scolaire (courant juin 2005) au moment où la direction entamait la procédure. Leurs frais n’ont pas été remboursés durant plusieurs mois. Par ailleurs, elles n’ont toujours pas reçu les détails de leurs contrats pour l’année scolaire 2005/2006 comme il se doit dans le cadre de ces contrats intermittents à chaque rentrée scolaire.
Comme nous le disions, le dialogue social a du mal à se traduire dans les actes…