La CFDT et la CGT se sont réunies pour une distribution massive de tracts hier, jeudi 14 avril, afin de dénoncer la formule adoptée par le gouvernement : solidarité = travail gratuit.
La section syndicale CFDT estime que les actionnaires peuvent aussi faire un effort de solidarité en redistribuant une juste contrepartie du travail des salariés. Or, les messages de l’employeur sont toujours les mêmes : « l’entreprise ne gagne pas d’argent », « le taux de croissance est en baisse », « il faut être moins cher que les concurrents »
Une pression pluriannuelle à la baisse des salaires et des conditions de travail alors que le groupe Elior ne cesse d’accroître ses profits et sa position sur le marché international.
Près d’une centaine de militants des deux organisations ont manifesté à Bercy Expo, banderoles et sifflets en main, en exigeant d’être entendus par la direction générale qui y présidait une réunion du Comité Central d’Entreprise. Le cortège s’est ensuite rendu au siège du groupe Elior, rue de Bercy, pour réclamer de l’entreprise « qu’elle prenne en charge la taxe de solidarité en puisant dans ses profits ».