[audio:904.mp3]
Il aura fallu trois années de négociations, deux décisions de la DDTE, deux décisions ministérielles et des mouvements sociaux pour obliger Avenance Entreprises à organiser des élections professionnelles.
Dans un ultime pied de nez, l’entreprise multiplie les moyens de faire annuler l’élection par le premier syndicat mécontent du résultat. Listes électorales incomplètes, parfois inexploitables, l’acceptation de candidatures hors délais, envois tardifs du matériel de vote se sont associés aux pressions diverses comme la mutation des candidats CFDT. Enfin, Avenance Entreprise a décidé unilatéralement vendredi dernier, de reporter les dates des dépouillements des élections en violation du protocole d’accord électoral du 9 mai 2007, signé unanimement par les cinq organisations syndicales.
Incompétence ou volonté délibérée de saboter le processus électoral en cours ? La CFDT s’interroge sur les motivations de l’entreprise et du groupe Elior dont elle est la plus importante filiale. Quel est son intérêt à priver son personnel d’une représentation ? On est loin des valeurs de responsabilité sociale auxquels le groupe déclare adhérer lorsqu’il s’agit de remporter des contrats commerciaux. Loin aussi, des engagements du Ferco, l’organisation des employeurs au niveau européen dont le groupe est l’un des membres principaux.
Aujourd’hui, les dirigeants d’Avenance empêchent tout dialogue constructif. La confiance est absente des discussions. Si le dialogue social entre la CFDT et l’entreprise, voire le groupe ELIOR, doit désormais se dérouler devant l’inspection du travail et les tribunaux compétents, soit.
M. Robert Zolade, Président d’Elior, a été alerté une nouvelle fois de cette situation lors du Comité de groupe du vendredi 12 octobre. Une réunion organisée ce même jour par M. Pierre Von Essen, Directeur Général d’Avenance Entreprises s’est vue boycotté par la CFDT.
Notre organisation entend riposter jusqu’à ce que le respect et la loyauté soient de retour à la table de négociations.