Dans la restauration, peut être plus qu’ailleurs, les salariés commencent à travailler très tôt. Quoi de plus naturel alors que de vouloir profiter des récentes mesures de départ anticipé à la retraite, négociées par la CFDT l’été dernier ? On les a bien mérité après 40 années derrière les fourneaux ou à courir en salle.
Première surprise : les années d’apprentissage sont exclues, mais bon, ça s’est le gouvernement !
Mais que son employeur pousse la mesquinerie à vouloir faire des économies sur les indemnités de retraite à verser… c’en est trop !
En effet, sous prétexte que les indemnités de la Convention Collective ne sont à verser qu’à partir de l’âge de 60 ans, Avenance verse l’indemnité prévue par la loi de 1978, inférieure de moitié sur certaines tranches d’ancienneté.
Pour la CFDT, Avenance doit revoir sa position !