Un projet de loi sur l’immigration présenté par Nicolas Sarkozy, cherche à fournir aux employeurs de nos secteurs une main d’œuvre docile et corvéable à merci.
Le texte propose de délivrer des titres de séjour à certains étrangers en fonction de leur métier et de la zone géographique. Thierry Mariani, porte parole, chargé de défendre ce projet, cite clairement les métiers de l’hôtellerie restauration qui connaissent « des difficultés de recrutement » comme cible de cette immigration « choisie ».
Un visa « travailleur temporaire », d’une durée de moins d’un an, laissera ainsi le travailleur dans une précarité totale. En cas de licenciement, son titre ne sera pas renouvelé de plein droit et il n’aura pas non plus droit aux allocations chômage.
Que l’on se comprenne
Notre syndicat n’a rien contre les immigrés bénéficiaires de ces contrats ni contre l’immigration en générale. Au contraire, nos militants seront présents pour les défendre comme tout autre salarié du secteur.
Mais une question s’impose

Où sont passés les 2,5 milliards d’euros reçus par les employeurs sous prétexte de résoudre ces mêmes difficultés ? Les patrons n’ont pas tenu leur promesse d’améliorer les conditions de travail afin de rendre les emplois plus attractifs aux jeunes. Un sur trois quitte actuellement le métier avant d’y avoir trois années d’ancienneté.
La solution serait donc de faire venir des étrangers avec le seul droit de « la fermer » !
Décidément, nos employeurs peuvent toujours compter sur certains membres du gouvernement dont le soutien sans faille des intérêts patronaux devient jour après jour plus flagrant !