Les représentants des employeurs des cafétérias ont refusé toute avancée dans la négociation salariale lors de la dernière commission mixte paritaire.
La grille de salaires est toujours au SMIC (depuis 1998) malgré une manne de 150 millions d’euros offerte par l’État aux 7 entreprises de cafétérias dont 4 appartiennent à de grands groupes : AUTOGRILL, FLUNCH (AUCHAN), CASINO et ELIOR.
Ces entreprises reçoivent de l’argent public depuis de nombreuses années sans aucune contrepartie pour les salariés et ça continue avec la baisse de la TVA.
65% des salariés sont au SMIC dans la branche Cafétérias, ils espéraient obtenir une grille revalorisée comme les salariés des Hôtels Cafés Restaurants (accord HCR de décembre 2009 bientôt étendu, salaire plancher à 8,92 €).
Les discours de FLUNCH sur l’insertion professionnelle, avec les contrats aidés du Pôle Emploi pour favoriser l’embauche des personnes en difficulté, ne sont finalement que de la poudre aux yeux pour diffuser une image d’entreprise citoyenne que la réalité contredit : en vérité les aides publiques alimentent le portefeuille des seuls actionnaires privés.
La Fédération des Services CFDT exprime sa vive inquiétude, d’autant que les chiffres de l’emploi ne sont pas bons. Par exemple, la filiale Cafétérias du groupe CASINO est passée de 7000 salariés en 1997 à moins de 3200 fin 2009, suite à de multiples plans sociaux qui se poursuivent.
Le risque est grand que les Cafétérias ne deviennent le hard discount social de la restauration commerciale.

Communiqué de presse de la Fédération des Services CFDT du 18/02/10.