[audio:817.mp3]
Parmi toutes les entreprises qui, sous prétexte de vouloir faire « du développement durable », s’approprient les arguments de leurs détracteurs, Burger King gagne le trophée du mois.
Se faisant une publicité gratuite d’une valeur inestimable, la multinationale annonce que désormais, ses fournisseurs devront respecter les droits des animaux. Notamment ceux produisant le bœuf, le porc et les œufs.
C’est assurément une grande avancée dans le domaine de la responsabilité sociale des entreprises ! Il est vrai que faire avancer la cause des vaches coûte bien moins cher que de faire progresser les droits ou la protection sociale des travailleurs.
Ceux et celles de la chaîne qui figurent aux rangs des « travailleurs pauvres » dans le monde entier apprécieront ! Tenus dans de nombreux restaurants à servir leurs clients en un temps chronométré dans l’ambiance chaude et agressive du « rush », savoir que la poule a pondu son œuf sans stress est sans doute un facteur clef du bien-être au travail.
Si les salariés/consommateurs disposaient de davantage de pouvoir d’achat, iraient-ils consommer ce fast-food produit jusqu’à présent par des moyens aussi irrespectueux de la nature ?
On aurait pu croire à un poisson d’avril mais la multinationale, profitant de son talent pour décrocher des pubs à l’œil, a annoncé dimanche dernier un « Whopper (1) pour gauchers ».

(1) « Whopper » dans l’anglais réservé aux petits enfants signifie un mensonge trop gros pour être « vrai ».