Manifestation aujourd’hui à Toronto
Au Canada et aux USA, les grandes chaînes mènent une « guerre des lits » dans les chambres des hôtels avec des matelas plus larges et plus lourds, d’épais duvets, des oreillers supplémentaires et des décorations de toute sorte.
Des augmentations injustifiées des gestes répétitifs associées aux poids plus encombrants entraînent de nombreux troubles musculo-squelettiques et douleurs associées.
A l’hôtel Fairmont Royal York de Toronto, 23 des 150 femmes de chambres font actuellement l’objet de restrictions médicales modifiant leurs tâches. Normalement, elles effectuent le nettoyage et le rangement de 16 chambres par jour, souvent avec l’assistance de médicaments, avec ou sans ordonnance, pour combattre les douleurs qui s’ensuivent.
Selon leur syndicat UNITE HERE, les chaînes d’hôtels font une concurrence sur qui offre le lit le plus luxueux mais ce sont les femmes de chambres qui ont font les frais en terme d’accidents du travail et de maladies professionnelles. Chaque année leur charge de travail augmente entraînant un nombre d’incapacités partielles ou totales toujours plus conséquent.
A défaut de couverture par les régimes de prévoyance de la branche, c’est la collectivité qui en assume le coût.
C’est pourquoi les salariés et leur syndicat manifestent pour réclamer une prise en compte de leurs conditions de travail et la négociation d’un nouveau contrat de prévoyance pour l’ensemble des salariés de la branche.
Source : CNW/Toronto