[audio:885.mp3]
Le personnel de service travaillant pour Aramark à l’université de Canadore, l’université de Nipissing, le Tribunal de commerce et de huit écoles secondaires relevant du conseil d’école du district nord, a voté à 100 pour cent en faveur d’une grève. En cours de négociation d’un accord salarial, les propositions d’Aramark sont jugées insuffisantes par l’union canadienne des employés du public (CUPE), l’union représentant les 60 salariés d’Aramark concernés.
« Nos membres méritent de gagner un salaire juste pour les services qu’ils fournissent à notre communauté, aux résidants, aux étudiants et aux clients dans les lieux et les établissements publics de la région, » estime la représentante de CUPE Monique Drapeau. Les « ouvriers ont du mal à joindre les deux bouts avec leurs salaires proches des minima. Il est temps pour eux de gagner un salaire décent et de pouvoir subvenir aux besoins de leurs familles « .
Les salariés, dont le contrat collectif a expiré le 31 décembre 2006, gagnent actuellement entre 9 dollars et 10.90 de l’heure (6,22 et 7,53 €).
« Nous espérons aboutir à un accord négocié avec l’aide d’un médiateur provincial mais cela dépend beaucoup de l’attitude de la compagnie à la table de négociation, » dit Drapeau. « Nos membres sont fiers des services qu’ils offrent aux clients d’Aramark, mais leur direction doit comprendre qu’une augmentation de salaire raisonnable est exigée ici pour empêcher une grève – c’est une demande basée sur le coût de la vie. » Des entretiens de conciliation sont programmés pour le 16 août.

Source