Vendredi dernier, 11 décembre, le congrès de notre syndicat a réuni près de 200 personnes dans la salle du Conseil National de la CFDT à son siège, Boulevard de Belleville.
Le rapport d’activité des quatre dernières années, incluant une période d’occupation de 18 mois de la Bourse du Travail empêchant l’accès aux locaux du syndicat, fait ressortir malgré tout, une hausse de l’activité et des adhésions. Présenté par Laurent Bigot, secrétaire général sortant et candidat à sa réélection, ce rapport fut adopté à l’unanimité après des témoignages des sections syndicales concernant l’apport du syndicat dans leur structuration et développement.
Olivier Guivarch, récemment nommé Secrétaire National du pôle HTR à la Fédération des Services CFDT, fut invité à présenter sa vision de la branche, tout comme, un peu plus tard dans la journée, Marinette Soler, de la CFDT Ile de France. Tout deux ont souligné le rôle du syndicat dans la création, le développement et la structuration des sections syndicales en région parisienne.
Le Congrès fut ponctué par un repas pris en commun permettant de développer contacts et idées au cours d’un moment très convivial.
Adopté à l’unanimité, le rapport d’orientation portait sur ces mêmes préoccupations de structurer et de rendre le syndicalisme plus attractif dans la branche HTR mise à mal par les perpétuels changements de propriétaires, rachats et autres fusions-absorptions. Le débat a souligné la volonté des militants d’obtenir rapidement des concessions de la part des employeurs dont la volonté de dialogue, exprimée devant la presse, ne correspond pas toujours aux actes sur le terrain. A cela, d’autres militants évoquent la nécessité de s’organiser collectivement, d’échanger des expériences, de bâtir une solidarité entre les salariés… Le Collectif Hôtels fit part de son initiative d’écrire à tous les directeurs d’hôtels 4 étoiles et supérieurs, pour réclamer une restitution en 2010 des gels de salaires imposés aux salariés sous prétexte de la crise.
Enfin, le nouveau Conseil Syndical a été élu. Composé de 25 membres, il repart pour un mandat de 4 ans « gonflé à bloc » par l’énergie militante dégagée par ce congrès. Les employeurs n’ont qu’à bien se tenir !