« Mon salaire me permet de moins en moins de vivre décemment, je gagne un tout petit salaire, insuffisant à suivre la progression du coût de la vie », déclare Claudine, 21 ans, 2 mois d’ancienneté.
Quel est son taux horaire ? Le SMIC, soit 8,03€ de l’heure.
« Est-ce normal que les salariés qui ont servi l’entreprise durant 25, 20, 10 ou 5 ans se retrouvent avec le même taux horaire qu’un débutant qu’ils ont pourtant formé ? », déclare Jacques, 58 ans, 25 ans d’ancienneté.
Quel est son taux horaire ? Le même que Claudine !
Chez Flunch, on est embauché au SMIC et on part en retraite toujours au SMIC.
La CFDT dénonce la pratique de la direction qui consiste à se retrancher derrière sa politique d’individualisation des rémunérations. La mise en place d’un système opaque basé sur la reconnaissance des compétences, est loin d’avoir fait ses preuves ! Il ne garantit plus le minimum : l’évolution du coût de la vie.
Une très grande part des salariés témoignent du manque de considération. Ils regrettent que leurs efforts, leur savoir-faire et leur implication dans la vie de l’entreprise ne soient pas davantage reconnus. Ils ont l’impression de n’être que des machines pour servir les objectifs économiques de l’entreprise, où seul le rendement compte et où l’on ne s’intéresse pas aux qualités humaines et individuelles des personnes.
Ce n’est pas normal que dans une société moderne comme celle d’aujourd’hui et dans une entreprise comme Flunch qui se développe à l’international d’une année sur l’autre, les salariés se trouvent exclus à ce point. La nécessité de la vie exige plus de moyens, plus de considération humaine.
La CFDT demande l’ouverture d’une négociation sur l’évolution des rémunérations, basée sur la transparence, la reconnaissance et l’équité.
Une distribution de tracts à la clientèle est prévue aujourd’hui au restaurant de Rosny 2.