[audio:1002.mp3]
Après avoir réintroduit sa plainte, rejetée une première fois, la multinationale de la restauration, Compass Group, a réussi à faire condamner un syndicaliste par la justice algérienne pour « diffamation sur Internet ».
Après une tentative d’implanter une section syndicale UGTA, Yacine Zaïd a vu son contrat de travail suspendu en juillet 2007 et mis à pied sans salaire. Il vient de se voir condamner à deux mois de prison avec sursis et à une amende de 2000 € (pour comparaison, le salaire minimum est à 120 €).
Son crime : il a tenté de communiquer sur les conditions de travail et d’emploi qui sont le lot quotidien de près de 1 800 salariés à Eurest Support Services à Hassi Messaoud dans le désert algérien et dans les camps de prospection pétrolière desservis par ses soins. Une minuscule éraflure sur l’armure du « global giant » sans le moindre impact sur son chiffre d’affaire de plus de 10 milliards de livres sterling en 2007. On s’interroge sur les motifs d’un tel acharnement.

Nos articles précédents à ce sujet.