Le groupe Compass, leader mondial de la restauration collective et/ou concédée, réalise cette année, un bénéfice avant impôt en hausse de 4,9% soit 958 millions de Livres Sterling (1,11 milliard d’euros), que « les marchés » considèrent décevant.
Pour assouvir ses actionnaires, Compass annonce un plan de rachat d’actions.
Concrètement, cela veut dire que Compass rachetera en bourse pour 500 millions de livres sterling (580 millions d’euros) de ses propres actions. Elles seront alors détruites, diminuant de fait, le nombre d’actions en circulation pour un même capital. La valeur de chaque action restante en circulation augmentera d’autant.
Autrement dit, chaque actionnaire verra la valeur de son action augmenter mais il n’aura pas touché de dividende. Pour réaliser son bénéfice, il lui faudra revendre toutes ou partie de ses actions.
Et la prime de partage des profits dans tout cela ?
Si l’entreprise décide de verser un dividende pour son exercice 2012, la part de résultat réservée à celui-ci sera divisée par un plus petit nombre d’actions et par conséquent devrait théoriquement déclencher la prime aux salariés.
Mais 582 millions d’euros auront ainsi échappés au calcul de la prime pour cette année. La loi ne prévoit rien à ce propos.