Pour éviter d’améliorer les conditions de vie et de travail de ses salariés – photos ci-dessous – Eurest Support Services Algérie n’a pas hésité à « casser » une section syndicale de l’UGTA et à se débarraser de ses salariés « rebelles ». Rappelons qu’ils travaillent 6 semaines d’affiler sur place sans repos.

Dortoirs du personnel d’Eurest Support Services à Hassi Messaoud.
Interdits aux salariés revenant de mission des chantiers plus lointains.

Dortoir du personnel Eurest à Hassi Messaoud Dortoirs du personnel Eurest à Hassi Messaoud
Dortoirs du personnel Eurest à Hassi Messaoud Dortoirs du personnel Eurest à Hassi Messaoud

Cuisine amenagée en chambre… On dort sur des matelas posés sur
les surfaces de travail.

Dortoirs du personnel Eurest à Hassi Messaoud Dortoirs du personnel Eurest à Hassi Messaoud

Plus de place ? On peut toujours dormir sur la terrase.

Terrasse du personnel Eurest à Hassi Messaoud Dortoirs du personnel Eurest à Hassi Messaoud

Conditions d’hygiène offertes aux salariés

Sanitaires du personnel Eurest à Hassi Messaoud Sanitaires du personnel Eurest à Hassi Messaoud
Sanitaires du personnel Eurest à Hassi Messaoud

Sanitaires du personnel Eurest à Hassi Messaoud

Sanitaires du personnel Eurest à Hassi Messaoud

La plomberie laisse toujours à désirer !

Cuisine du personnel Eurest à Hassi Messaoud

Loin des cuisines VIP des clients, celle où on prépare les repas du personnel.

Prévoyance

La prévoyance à Eurest Algérie, c’est la honte ! La loi algérienne oblige toute société à consacrer 2,5% de son bénéfice net à une caisse d’œuvres sociales chargée d’organiser des activités similaires à nos Comités d’Entreprise. Mais après les barbecues et autres fiestas au profit de la haute direction, il ne reste plus grande chose pour les employés. Ainsi, lors du décès d’un salarié victime d’un arrêt cardiaque durant son congé, Eurest, filiale de Compass Group, leader mondial de la restauration, a rédigé un chèque de 10 000 dinars (100 €) ! Le responsable chargé de remettre le chèque et les condoléances de la multinationale à sa famille en a eu si honte qu’il a refusé la mission. Ce sont finalement les employés qui se sont cotisés entre eux pour fournir une aide à la famille.

Source : UGTA