Début novembre, Euro Disney, qui exploite Disneyland Paris, a été condamné, par la Cour d’appel de Paris à verser 30 000 € de dommages et intérêt à un maître-chien pour harcèlement moral.
Le 16 avril 2011, la chienne de Fabrice, maître-chien anti-explosifs chez Disney, décède.
Euro Disney reproche à son salarié de ne pas avoir suffisamment pris soin de son berger belge victime d’une piqûre de tique.
C’est ainsi que Fabrice est mis à pied pour non-respect des règles d’hygiène. Il conteste et réclame qu’on lui fournisse un nouveau chien.

Euro Disney conteste et doit s’exécuter sous l’injonction de l’Inspection du travail et c’est ainsi que le 25 novembre 2011, Fabrice se voit confier son nouveau chien… Un caniche !
Fabrice, s’estimant humilié, refuse et saisit les prud’hommes. L’affaire va jusqu’en appel où Fabrice l’emporte grâce à maitre Tigrine, avocat du syndicat.
Les magistrats estiment notamment que « le choix du caniche ne pouvait qu’avoir pour effet, sinon pour objet, de placer Fabrice en situation de ridicule et portait en conséquence atteinte
à sa dignité ».