Didier Brulé, Secrétaire Général de la Fédération des Services CFDT« A la sortie de cet entretien entre la CFDT, la CGT et le président de l’UMIH, on ne peut que zéro pointer André Daguin« . C’est en ces termes que Didier Brulé, Secrétaire général de la Fédération des Services CFDT a résumé l’entretien. « Sur les salaires, il propose une augmentation de 10% si les remises de charges sont effectives au 1er juillet et si les employeurs sont totalement exonérés des avantages en nature ». Autrement dit, il n’a fait aucune avancée réelle vis-à-vis de cette grille de salaires qui n’a pas été renégociée depuis 7 ans, pour que les niveaux des salaires conventionnels s’élevent au-dessus du SMIC ».
« Sur la prévoyance, il a dit qu’un projet d’accord serait prêt depuis plusieurs mois mais n’a jamais pu être présenté aux syndicats de salariés. On ne connaît pas bien l’organisation interne de l’UMIH, mais on a du mal à appréhender qui pourrait être derrière cette faction d’employeurs qui y detiendrait suffisamment de pouvoir pour empêcher toute avancée sociale ».
« Pour le reste, il nous demande de lui faire confiance. Mais en ce qui concerne la CFDT, la confiance dans l’UMIH est rompue ! »
« Nous restons donc mobilisés et nous allons intérroger directement les pouvoirs publics à propos de ces cadeaux fiscaux sans contrepartie, en particulier pour savoir exactement quelles exigeances en termes d’emploi ont été tenues par le Ministre de l’Economie ».
En effet, à ce jour, il n’y a eu aucune fuite à ce sujet ni du côté ministériel ni du côté patronal au point où nous sommes en droit de douter de leur existence.