A la fin de l’année 2010, une équipe de chercheurs de l’INRA de Toulouse a mis en évidence que le Bisphenol A, un perturbateur endocrinien, pouvait pénétrer la peau et ainsi affecter l’organisme humain. Des doses excessives peuvent dérégler l’activité hormonale. Les femmes enceintes et les nourrissons sont particulièrement vulnérables.

Le Bisphénol A (BPA) est largement utilisé dans la fabrication industrielle des récipients en plastique de type polycarbonate. On le retrouve également dans les résines des revêtements intérieurs de boîtes de conserve pour aliments ou canettes de boissons. Or le BPA peut migrer de ces plastiques et résines vers l’aliment contenu, spontanément à très faibles doses et surtout si ce dernier est chaud. L’information a été reprise dans divers reportages télévisés notamment concernant sa présence dans les biberons et bouteilles de lait.

Mais le BPA est également présent dans la composition des tickets de caisse et récépissés de cartes bancaires où il est censé fixer l’encre.

Selon une information révélée cet été, l’étude a été suffisamment prise au sérieux pour que les groupes Carrefour, Casino et Système U ait remplacé dès le mois de fèvrier, les papiers incriminés par d’autres contenant cette fois, du Bisphenol S.

Or, des études japonaises montrent que ce produit est également un perturbateur endocrinien avec comme désavantage, d’être moins rapidement dégradable dans l’environnement
et d’avoir fait l’objet de moins d’études.

Comme la distribution, les secteurs de la restauration rapide, de la restauration collective, des cafétérias et des parcs de loisirs ont des filières emploi « caisse » où la manipulation de tickets de caisse et de reçus de cartes bancaires est continuelle durant plusieurs heures par jour. Les serveurs des bistrots tout comme les réceptionnistes d’hôtels manipulent ces tickets à longueur de journée. Dans ces filières, l’exposition aux Bisphenols est une certitude.

Les salariés d’autres filières de préparation alimentaire, comme la restauration rapide, les cuisines centrales de la restauration collective, les traiteurs ou les sandwicheries employant des emballages contenant du Bisphenol A ou S, pourraient également être exposés.

Or, les conséquences de tels produits sur le corps humain peuvent mettre plusieurs décennies à se déclarer alors que le délai de prescription a été réduit de 30 à 10 ans (1).

Ce produit se retrouve dans les urines, le sang et le liquide amniotique d’une grande majorité de la population européenne. Il doit donc être possible de le mesurer chez les employés exposés.

Notre syndicat demande à ses délégués du personnel et à ses élus dans les CHSCT de se saisir de cette question, en y associant, lorsque cela est possible, la médecine du travail.

L’inventaire des produits contenant du Bisphenol est à dresser avant de procéder à la recherche de mesures de prévention.

L’échange d’expériences permettra sans doute de trouver des matériaux alternatifs (papiers non-chimiques), des protections simples ou encore, la mise à l’écart dans l’attente, des personnels les plus vulnérables.

(1) Le gouvernement Fillon a fait voter cette mesure à la suite des procès « amiante » où la faute inexcusable des employeurs a été invoquée dans la limite de la prescription civile de 30 ans.

Sources : 1 2 3