Discours de la secrétaire générale adjointe du syndicat HTR

« Commençons par les choses sympas…
Nous sommes très fiers de vous annoncer que le syndicat HTR a dépassé les 50 000 cotisations avec un taux de progression de +5% par rapport à N-1.
Alors, même si nous sommes très contents, nous gardons à l’esprit que le cap de l’année prochaine avec l’arrivée du CSE risque de nous faire perdre un certain nombre d’élus.
En effet, nous savons tous que nous augmentons nos adhésions au moment des élections mais l’arrivée du Conseil Economique et Social va les impacter directement.
Certaines entreprises vont perdre beaucoup de représentants et ceux qui seront élus, auront moins de temps, pour plus de travail et de responsabilités. Etre un représentant du personnel va devenir un véritable sacerdoce.

Mais j’aimerai saluer ici, tout particulièrement, tous mes collègues, non détachés, non permanents qui ont un ou plusieurs mandats parce qu’avoir un ou plusieurs mandats et bien, c’est beaucoup de travail , c’est chronophage et quand les élections se préparent (surtout dans les petites entreprises), il est rare que les candidatures se bousculent pour représenter les collègues et se retrouver frontalement face à la direction tout en négociant des dossiers lourds comme des NAO, des négo sur le temps de travail, égalité pro, voir un PSE ou un PDV…
Tout cela représente des heures et des heures de réunions, des heures et de heures de travail et de recherche, des heures et de heures de plongeons dans divers domaines et en particulier, le juridique pour défendre les droits des salariés.
Combien ici, y ont passé leur week end !

Pour couronner le tout, la tâche est ingrate : Nos collègues n’ont souvent aucune reconnaissance et notre direction nous prend pour des pinailleurs et malgré ce que j’entends souvent : « Être élu n’a pas pour finalité d’en tirer avantages. Au contraire, cela peut être source d’inconvénients.
Et pour le plus courant : se retrouver bloqué dans son évolution de carrière.

Alors à tous ceux-là, Bravo !
Mais je n’oublie pas non plus de saluer certains permanents et détachés qui font aussi du bon boulot !

Pour en revenir au CSE, je voudrai faire un petit focus sur les représentants de proximité en ne doutant pas que les entreprises de la restauration rapide et collective ainsi que des chaines hôtelières garderont un dialogue social de qualité car s’il n’y a plus personne pour gérer les problèmes au quotidien et si les représentants de proximité ne sont plus là, les problèmes risquent de s’amplifier et il y aura de plus en plus d’actions en justice.

Un petit point sur la formation :
Le syndicat HTR met en avant la formation de ses militant
En plus des formations dispensées aussi bien par l’IREFE ou les modules destinés aux DP organisés par la CORSSIF, un autre organisme s’est ajouté en fin d’année 2017, le CREFAC pour des formations destinées aux cadres.

Un point sur le Juridique
L’activité juridique continue d’être soutenue
Même si les avocats et les dossiers juridiques nous coutent chers et que c’est un gros budget pour notre syndicat, nous avons décidé de sécuriser nos relations avec 3 avocats afin de pérenniser l’aide que nous apportons à nos adhérents par leurs intermédiaires.
Nous avons une réelle demande avec une dizaine de défenseurs syndicaux déjà débordés.
Aux Prudhommes, 10 conseillers prudhommaux sont issus de notre syndicat
Ils représentent à eux seuls près de 30% des conseillers Prudhommes CFDT de Paris de la section commerce qui en compte 34.
Alors oui, on peut le dire, nous sommes efficaces!

La Fédération des Services est présente mais elle devra l’être encore plus pour accompagner les militants car nombreux sont largués.
Nos élus seront de plus en plus débordés, et auront besoin de plus en plus de formations, et du coup, la fédération devra être de plus en plus présente.
Même si la Fédération des Services a déjà commencé à s’occuper de certains dossiers comme le dossier cadres, celui de la modification des métiers avec l’uberisation, la digitalisation et l’intelligence artificielle, elle devra mettre en place des stratégies syndicales pour accompagner les représentants dans tous ces changements car ils impacteront progressivement nos/ leurs métiers.
Aussi, il ne faudrait pas oublier tous ces nouveaux métiers avec son lot de « non-salariés » (les auto entrepreneur pax ex) en mettant en place ou en développant des stratégies syndicales pour la syndicalisation.
Mais du coup, dirigeons-nous vers un syndicalisme militant ou vers un syndicalisme de service ?
Peut- on développer un syndicalisme de service sans remplacer le syndicalisme militant ?
Peut-on faire les 2 ?
Et d’ailleurs n’est ce pas déjà ce que l’on fait pour la plupart d’entre nous en apportant des services en entreprise que le salarié soit adhérant ou non.
Que dire du problème de renouvellement des équipes (3 mandats uniquement)
Comme déjà dit au début de mon discours, le mandat d’élu est chronophage et nous avons du mal à « recruter ». Il faut la foi pour mener à bien toutes nos missions et tout le monde ne l’a pas.
Une adhérente que je souhaitais inscrire sur ma liste m’a dit un jour « Non, très peu pour moi, j’ai une vie privée, moi ! »

Alors, comme on a du mal à recruter et bien quand on en tient un, on ne le lâche plus. On l’envoie de formation en formation, et c’est ainsi que certains élus deviennent de vrais professionnels.
Mais tout ce qu’ils ont acquis est il vraiment au bénéfice de l’adhérent ?
Quand ils auront atteint un super niveau que vont-ils faire ?
Peut-être organiser un processus de partage de connaissance avec les élus qui n’ont pas le temps de se former ?

Je laisse la question ouverte…

Un mot sur le congrès de la confédération de Rennes
Le rapport d’orientation, dans l’ensemble va dans le bon sens mais il y a quand même quelques inquiétudes du syndicat HTR sur le positionnement des syndicats dans la future organisation souhaitée par la confédération.
Nous sommes 1ers dans le privé et on espère être les 1ers dans le public grâce aux élections da la fonction publique et tout ceci c’est grâce à l’action de notre syndicalisme réformiste et l’implication des militants.

Je souhaite terminer en saluant et remerciant la fédération dans son accompagnement en branche, en CPPNI et sur le rapprochement des conventions collectives du pole tourisme en mettant en avant le super travail qu’effectue la fédération chaque jour !