[audio:974.mp3]
Le Conseil des Prud’hommes de Nanterre à condamné la société en 2005 à des dédommagements vis-à-vis d’un cadre ayant subi des discriminations dans le déroulement de sa carrière en raison de son engagement syndical.
Malgré un accord d’entreprise prévoyant des entretiens individuels des représentants du personnel, la réalité est tout autre.
Au point où, se croyant menacé d’autres procès, la direction s’est engagée à revoir tous les cas des représentants et élus du personnel s’estimant victimes d’un préjudice du fait de leurs fonctions de représentation du personnel.
Malgré des interpellations de l’ensemble des organisations syndicales, il a fallu attendre la réunion du Comité Central d’Entreprise du 17 octobre 2007 pour voir ce sujet à l’ordre du jour. Mais la direction a refusé d’entendre les cas individuels, les renvoyant à des rendez-vous avec la D.R.H.
Interpellé à nouveau par la CFDT sous forme de déclaration à la réunion du Comité Central d’Entreprise du 19 février dernier, la direction n’a pas apporté davantage de réponse.
Au bout de trois ans, il est raisonnable de supposer que la direction n’a aucune intention de mettre fin aux comportements des responsables hiérarchiques exerçant ces discriminations. Elle en assumera la suite