Le déclenchement de la procédure d’alerte sociale par la CFDT n’y a rien fait ! La direction a préféré pousser les chauffeurs-livreurs assurant le remplissage des boutiques du parc au conflit. Le mardi 9 août, ils ont entamé un mouvement de grève que la direction a tenté de combattre en affectant des salariés titulaires du permis PL d’autres services à leur remplacement. Il a fallu une amplification du mouvement le vendredi 12 août lorsque leurs collègues assurant le ravitaillement des restaurants les ont rejoint pour que la direction, face à la possibilité d’une rupture du service à la clientèle, accepte, en fin de journée, de négocier.
Un accord a été conclu prévoyant principalement :
1. Une augmentation de 60 euros du salaire brut de base des chauffeurs-livreurs à compter du 1er septembre.
2. Une augmentation de 19 à 75 euros de la prime de conduite, rétroactive depuis le 1er juin 2005.
Garde fou supplémentaire : cette prime, jusqu’ici unilatérale, est concrétisée à travers un accord d’entreprise.
Leurs revendications principales satisfaites, les salariés ont décidé à une large majorité de la reprise du travail, dès le samedi 13 août.
La CFDT se félicite de l’issue de ce conflit ainsi que des avancées non négligeables obtenues pour les salariés.