Le Golf de Fontenailles est situé en Seine et Marne dans l’arrondissement de Melun. Ce domaine comporte une demeure du 18e siècle transformée en Hôtel de Charme 4 étoiles, un restaurant et un golf de 27 trous. Depuis un an, cinquante salariés font tout leur possible pour maintenir l’activité et assurer la gestion du domaine. En effet, il y a douze mois une société étrangère rachète le golf et toutes ses annexes. Pendant toute cette période ce sont deux salariés qui assurent la gestion du domaine sans avoir ni le titre ni la responsabilité pour le faire. Les nouveaux repreneurs n’ont pas trouvé le temps de désigner un directeur ou un gérant. Pire, pendant un an, personne n’est venue sur le site ! Ce sont donc 50 salariés qui font tout leur possible pour que l’activité perdure et que les prestations soient maintenues.
Malheureusement, la situation financière se dégrade de mois en mois, si bien qu’en juillet, il n’y a pas assez d’argent pour payer les salaires. Tout le monde est alerté, inspection du travail, URSSAF, Tribunal du commerce
. La direction commence à prendre conscience du problème et émet un virement de 48.000€ (cette somme servira juste à payer les salaires) et nomme un gérant pour assurer l’interim.
Problème : ce dernier réside en Irlande et ne peut se déplacer en France…
Les salariés du Domaine de Fontenailles sont inquiets et excédés par cette situation. Ils ont décidé de faire un débrayage le dimanche 7 septembre. « Nous faisons ce mouvement pour alerter, d’une part les clients de la situation et les responsables de cette société». déclare Nathalie Oliveira, Déléguée syndicale CFDT, « la situation est catastrophique, les salariés sont inquiets. On se battra jusqu’au bout pour conserver nos emplois». Aujourd’hui le domaine est en vente et il y aurait un acquéreur, c’est le seul espoir pour retrouver une stabilité. La CFDT soutient pleinement l’action des salariés et tient à saluer leur attitude exemplaire et irréprochable. Ils veulent sauver le Golf de Fontenailles face à une direction totalement irresponsable et irrespectueuse ! Qui a dit que l’autogestion était terminée ?