[audio:897.mp3]
En février de cette année, la CFDT a signé l’avenant n° 2 bis à la Convention Collective Nationale des Hôtels, Cafés, Restaurants concernant les salaires minima. Celui-ci mettait fin à 10 ans d’immobilisme patronale et revalorisait les salaires rattrapés officiellement par le SMIC jusqu’au niveau 5. C’est-à-dire le niveau des cadres supérieurs.
Une contrepartie tardive des cadeaux fiscaux octroyés aux employeurs !
Aujourd’hui, malgré les engagements patronaux de revalorisation des salaires, du nouveau cadeau fiscal aux entreprises de moins de 20 salariés et l’augmentation du SMIC au 1er juillet 2007, l’immobilisme du côté patronal est toujours de rigueur.
Le niveau 1 de la grille de salaires des HCR est aujourd’hui laminé par le SMIC. C’est inacceptable !
Monsieur Daguin, il ne faut pas croire que nous allons attendre d’arriver au niveau 5 ! Il va vous falloir « démarcher » à nouveau pour écarter nos manifestations de l’immeuble de l’UMIH bien avant l’échéance des 10 ans !
Alors, Monsieur Daguin, nous nous permettons gentiment de vous rappeler le chemin de la table des négociations