[audio:1014.mp3]
Reportage FR3 lors de la manif à Eliance Fabrègues le 4 juilletElior est loin de devenir « l’employeur préféré du secteur », surtout depuis la signature avec FO et la CFTC, d’un accord d’annualisation et de modulation du temps de travail dans sa filiale Eliance. Les suites « très négatives » de cet accord – travailler plus pour gagner moins – les salariés n’en veulent pas !
En effet, cet accord :
– supprime des RTT des temps pleins (acquis en 2000),
– supprime les Congés Payés de fractionnement
– supprime l’exonération des heures complémentaires et celle des heures supplémentaires,
– oblige les travailleurs à effectuer des semaines de 41 heures payées 35.
– institutionnalise le recours au chômage partiel payé par la collectivité et non l’entreprise, en cas de baisse d’activité.
Depuis deux mois la CFDT s’organise en partenariat avec la CGT. Deux mobilisations fortes ont eu lieu dans le sens des départs à Montpellier le 4 juillet et à Chartres le 28 juillet.
La direction refusant de revenir à la table des négociations, c’est désormais dans le sens des retours que la CFDT et la CGT organisent des perturbations.
Les actionnaires ne peuvent s’attribuer la totalité des richesses produites par Elior au point de priver les salariés de la juste rémunération de leurs temps de travail.
Dégradation de l’image de marque et perte de chiffre d’affaires sont désormais au menu d’Elior durant les week-ends de la rentrée. A moins d’une négociation loyale et sérieuse

Autres articles :
L’Arche de Gasville (A11) : mobilisation contre le réaménagement du temps de travail
Eliance Autoroutes : la durée du travail relevée moyennant une moindre rémunération