La CFDT a signé un accord de constitution d’un Comité d’Entreprise Européen au sein du groupe Elior, n°3 de la restauration sous contrat en Europe. En vigueur depuis le 1er juillet 2005, celui-ci intéresse plus de 47 000 salariés représentés par ses 12 membres (dont 5 français, 2 britanniques, 2 espagnols, 1 italien, 1 hollandais et 1 portugais) qui désigneront un Bureau composé de 4 représentants dont le Secrétaire. Les membres du Bureau seront tous issus de pays différents. La désignation des membres dont le mandat est de 5 ans, devra tenir compte d’une représentation équilibrée entre les hommes et les femmes.
Parmi les organisations signataires, on trouve les cinq confédérations françaises, le syndicat espagnol FECOHT–CC.OO, l’italien FILCAMS – CGIL, le hollandais FNV – Horecabond, le portugais FESAHT et le britannique TGWU, coordonnés par l’EFFAT (European Federation of Food, Agriculture, Tourism).
Selon le communiqué de presse de la direction « Faire progresser le dialogue social est l’un des axes prioritaires de la politique Ressources Humaines du groupe Elior ». Si la CFDT se félicite que ce dialogue puisse avoir lieu au sommet du groupe Elior, elle regrette que ce message ait si peu d’effet dans les filiales et sur le terrain. Le dialogue social n’est pas réservé aux spécialistes lors de moments privilégiés. Les salariés et leurs représentants locaux doivent l’entendre au quotidien.