En juin 2004, Elior a cédé les 52 restaurants en propre et les 22 en concession de la chaîne Pomme de Pain au fonds d’’investissement Acto. Changement d’employeur pour les salariés, le stress lié à l’’incertitude, un changement dans les objectifs de rentabilité pour l’’encadrement, etc. Bref, remise en cause des conditions de travail et de salaire.
Juin 2007, Elior et Pomme de Pain communique sur le développement de « Pomme de Pain Café » notamment sur les aires de repos des autoroutes. Revirement curieux de la part d’’Elior qui estimait la marque Pomme de Pain insuffisamment rentable trois ans auparavant. Mais qui dit changement de marque, dit éventuellement un changement d’’employeur, et surtout, une remise en cause des conditions de travail et de salaire de ceux qui assument les commandes des clients.
Mais que signifient ces mouvements de mariage/divorce des pantins des fonds d’’investissement qui s’’unissent pour dépouiller les salariés de quelques heures de travail (au tarif du SMIC horaire) de plus. Notre syndicat, qui reçoit les salariés dormant dans leurs voitures sur les aires d’’autoroutes, faute de moyens de rentrer chez eux tous les soirs, s’’interroge légitimement sur le bien-fondé de ces opérations financières virtuelles qui enrichissent le riche au détriment du pauvre.
Décidemment en France, le travail n’a plus de valeur !