Il fallait y penser. Un multi-franchisé, propriétaire de 16 McDonald’s en Pennsylvanie (États-Unis) a conclu un contrat avec une banque pour payer ses employés sur carte de débit (bloquée).

Imaginez leur surprise en se voyant remettre leurs bulletins de salaire et une carte bancaire, leur directeur refusant toute autre forme de paiement.

Surprise renouvelée en constatant que la carte comporte de nombreuses charges à l’utilisation : $1,50 pour un retrait d’espèces à la machine ou $5 au guichet, $1 pour consulter la position du compte, $0,75 par opération de paiement en ligne ou encore $15 pour la renouveler en cas de perte.

Mais cette fois, l’employeur tombe sur un os. Une des salariées, malgré son temps partiel payé $7,44 de l’heure, lui intente un procès, devenu une « class action » par le ralliement d’autres employés. Ils l’accusent d’abaisser leurs salaires en-dessous du minimum légal de l’état et de gonfler ses bénéfices par des moyens illégaux.

Pour les autorités de l’état, cette forme de paiement des salaires est légale mais doit emporter l’adhésion du salarié.

Pour en savoir plus.