Les organisations syndicales CFDT, CGT, CGC et FO ne signeront pas l’accord NAO (négociations annuelles obligatoires) portant notamment sur la revalorisation des salaires pour l’année 2012, l’augmentation proposée par la direction étant largement en dessous de l’inflation.
Il est indécent, compte tenu de la progression des résultats du groupe Accor et des dividendes servis aux actionnaires malgré la crise, que les salariés qui apportent tant de profit soient traités de la sorte.
Ces dernières années, entre rachats d’actions, dividendes exceptionnels et cessions d’hôtels, les financiers ont largement eu leur part du gâteau.
En comparaison, comment peut-on concevoir que celles et ceux qui produisent toute cette richesse, pour la plupart en contrat précaire n’obtiennent pas au minimum le maintien de leur pouvoir d’achat ?
La CFDT et les autres organisations syndicales ne cautionneront pas une négociation allant à l’encontre des intérêts des salariés effectuée dans un dialogue social de sourd.
Pour la CFDT, il s’agit de refuser tout en bloc, un principe qui voudraient que les salariés des hôtels Etap et Formule 1 soient considérés socialement un personnel « low cost » du groupe Accor.