Recours à des détectives privés, utilisation frauduleuse des fichiers STIC et JUDEX : la CFDT dénonce des pratiques de recrutement contraires au nécessaire respect des libertés individuelles…
C’est avec stupeur que la CFDT a appris par voie de presse, les pratiques organisées de discrimination à l’embauche commises par la société EuroDisney avec l’aide de détectives privés, eux-mêmes informés par des policiers ou gendarmes peu scrupuleux.
En juin 2005, la CFDT avait alerté la direction des effets néfastes sur l’emploi de nos hôtes de sécurité, de la loi dite « Sarkozy », instituant une obligation de licenciement de ces salariés, s’ils venaient à être répertoriés souvent à leur insu sur des fichiers STIC, véritables outils de délation, en lieu et place de condamnations pénales devenues définitives. Elle sollicitait la priorité de réembauchage en cas d’effacement des inscriptions, voire reclassement sur un autre poste, en cas de maintient de celles-ci, et ce, fin d’éviter à tout prix le licenciement. La direction n’y a jamais répondu. Aujourd’hui, on comprend mieux pourquoi.
Pourtant, en utilisant les services de sombres officines, s’affranchissant ouvertement des règles légales, la société EuroDisney a franchi les limites de l’acceptable. Il ne sert à rien de proclamer une volonté de lutter contre les discriminations salariales entre hommes et femmes ou encore de prétendre favoriser l’emploi des travailleurs handicapés, tout en se livrant à des pratiques d’un autre âge face à des personnes en situation précaire car demandeurs d’emploi.
Afin de contribuer à faire toute la lumière, notamment sur les responsabilités individuelles au sein de l’entreprise, la CFDT demandera par l’intermédiaire de ses élus au Comité d’Entreprise, l’ampleur, les méthodes exactes utilisées et le coût du recours à ces recruteurs d’un genre un peu particulier mais surtout le nombre de demandeurs d’emploi illégalement refoulés.
En parallèle, elle sollicitera de l’autorité administrative, à savoir l’Inspection du Travail, une intervention ferme, afin d’obtenir l’assurance que ces pratiques délibérément organisées ont bien cessée en décembre 2004 comme prétendues par la direction mais plus encore de rechercher tout comportement individuel ayant porté atteinte aux libertés individuelles.

Source : Communiqué de la Section Syndicale CFDT EuroDisney
En savoir plus