Les syndicats britanniques ont appelé le gouvernement à renforcer la protection légale des emplois des salariés les plus démunis. Le TUC (Confédération des syndicats britanniques) a attiré l’attention du Parti Travailliste en congrès la semaine dernière à Brighton sur le cas des salariés de Gate Gourmet et « l’incapacité de la législation à protéger leurs emplois ». De nombreuses personnalités syndicales ont pétitionné les membres du gouvernement pour renforcer la loi et faire progresser les directives européennes sur le travail temporaire effectué par des agences.
Ils demandent des mesures rétroactives de justice pour les employés de Gate Gourmet et une évaluation des lois dans quatre domaines : la protection des grévistes contre le licenciement, la légalisation des actions syndicales de solidarité, l’interdiction de remplacer des salariés engagés dans un conflit social et la simplification des moyens de vote (nécessaire en Grande Bretagne pour déclencher une grève).
Aux Etats-Unis, les syndicats UNITE HERE et Teamsters (Transports) ont réaffirmé leur soutien au TGWU britannique et dénonce les agissements de Gate Gourmet sur le sol américain. Ils interpellent le holding Texas Pacific Group en rappelant que ce comportement irresponsable est indigne d’un groupe qui a redressé de nombreuses entreprises avec succès, dont Continental Airlines. Ils réclament des salaires et une protection sociale équitables pour l’ensemble des salariés de Gate Gourmet.