Les négociations entre partenaires sociaux sont au point mort. La CFDT regrette le manque absolu de volonté de la part des organisations patronales d’arriver à se mettre d’accord sur des objectifs de négociations. La CFDT a rappelé une fois de plus, que la balle était dans le camp des organisations patronales. Le fait incontestable que notre organisation se trouve en position de force ne semble pas faire évoluer la position des employeurs. La CFDT regrette que le « statut quo » soit initié par une organisation patronale qui représente que 7% des entreprises du secteur, composée principalement des grandes chaînes hôtelières dont le groupe ACCOR. La CFDT a rappelé que ses concessions étaient dirigées principalement vers les TPE et PME, et qu’il était regrettable que les négociations soient orchestrées par des organisations peu représentatives du secteur. Une chose est sûre, le Conseil d’Etat n’attendra pas indéfiniment que les partenaires sociaux trouvent un accord, une décision devrait tomber vers mi-septembre, donc bien avant la prochaine réunion paritaire du 22 septembre. La CFDT a rappelé qu’elle n’avait rien à perdre, qu’elle était prête à assumer les conséquences et qu’elle mettrait tout en oeuvre pour que les 800.000 salariés puissent réclamer le rattrapage du paiement des heures supplémentaires depuis janvier 2005 (voir nos précédents articles). La CFDT rappellera dans quelques jours ces dernières propositions, qui seront examinées le 22 septembre, s’il n’est pas trop tard…