Pffff
c’est la seule réaction que peut inspirer le soubresaut de l’UMIH dans une dernière tentative d’influencer le jugement du Conseil d’Etat concernant la légalité de l’avenant n° 1 de la Convention Collective Nationale des HCR.
On a encore en mémoire :
– Les 16 ans de négociations pour parvenir à une Convention Collective applicable depuis 1997 mais toujours ignorée par la plupart des employeurs de cette organisation patronale…
– La réaction viscérale du président de l’UMIH (André Daguin) dénonçant comme « trahison » la grille de salaires négociée avec la FAGIHT prévoyant un encadrement dans la profession à partir du SMIC + 9% !
– Les 2,5 milliards d’euros d’aides publiques englouties dont 1,5 milliards en 2004 et 2005 sur la seule foi des promesses patronales sans suite et 1 milliard d’euros promis encore pour 2006.
Le journal Néo Restauration d’hier relate cet ultime coup de séduction de l’UMIH promettant de nouvelles négociations à condition que les aides publiques soient maintenues à jamais et que les employeurs sans salariés (un comble) reçoivent leur part du gâteau. Ceci en échange des dispositions faisant l’objet de la saisine du Conseil d’Etat et donc à priori
illégales !
En un seul mot, cette propagande patronale est
inacceptable !