En cette période de négociations annuelles des salaires, voici quelques informations que les employés de l’hôtellerie parisienne peuvent exploiter utilement.

En effet, Price Waterhouse Cooper, la compagnie internationale d’études et de consultation vient de publier son rapport annuel de prévisions pour l’hôtellerie européenne (1). Dans cette comparaison de 19 capitales, Paris affiche le taux d’occupation prévisionnel le plus élevé avec 79,1% en progression par rapport à 2012, à 78,8%, reprenant la première place à Londres, effet J.O. passé, qui passe de 80,2 à 77,1%.

Surtout, la prévision de hausse du REVpar (2), l’indicateur économique chéri des hôteliers, est de 5% en 2013, après une progression de 9% en 2012 et de 14,3% en 2011.

Cette étude démontre que, contrairement aux arguments entendus dans le secteur, on est loin de la morosité affichée de l’économie générale. Au contraire, le secteur est en pleine progression et peut supporter des efforts à l’égard des salariés.
« Quant il y a de la croissance, il y a de l’emploi et des améliorations de salaires » clament les employeurs. On aimerait qu’ils mettent leur argent à la place du chœur ! (3)

(1) « Thriving or Surviving », PWC, Janvier 2013

(2) Revenu moyen par chambre

(3) Jeu de mots