Le Tribunal de Grande Instance de Paris vient de donner raison à notre Syndicat dans l’affaire qui l’oppose à la société Jalpak, une agence de tourisme, spécialisée dans la réception des touristes japonais. Comme nous l’avons annoncé ici, son projet était de licencier certains de ses salariés pour les faire embaucher par une société « amie » et ensuite continuer à utiliser leurs services tout en payant moins cher leur prestation et en laissant à leur charge, les périodes d’attente et d’inactivité.
Le Tribunal, par jugement en date du 5 juillet 2005, reconnaissant le bien-fondé des arguments du Syndicat et confirmant l’infraction constatée par un procès-verbal de l’Inspecteur du Travail, interdit à Jalpak de « recourir au prêt de main d’œuvre pour assurer des activités d’accueil, de transfert et d’assistance des touristes » et ce, sous astreinte de 1000 € par infraction constatée. Le Syndicat se trouve remboursée de ses frais de procédure.
Le P-DG n’ayant pas pu mener à bien son projet a, paraît-il, démissionnée.