Voir l’appel à l’action du syndicat
Entre les entreprises qui ont négocié d’autres solutions, celles qui ont déplacé le jour férié concerné et les salariés qui ont déposé des jours de CP, de RTT ou de grève, les prévisions d’activité du lundi de pentecôte sont en chute libre. A quoi ça sert pour les patrons des entreprises de services de faire venir leur personnel ce jour-là ?
Loin de récupérer la taxe déjà versée au fisc, ils risquent d’accumuler les pertes

Dans la restauration collective comme dans le nettoyage et le gardiennage, à quoi bon envenimer la situation sociale (déjà tendue dans bien des cas) en faisant venir les salariés quant il n’y a pas de client à servir, rien à nettoyer ni rien à garder ? Au contraire, les employeurs commencent à prévoir des coûts qui n’ont pas lieu d’être
Le restaurant qui produit des repas non-consommés et jetés à la poubelle. Des produits utilisés deux fois au lieu d’une, pour rien

Où sont les gains de productivité quand le salarié est présent en l’absence du client ? Les patrons des services sont acculés à des solutions illégales en tentant de forcer la main eux-mêmes à leurs salariés de prendre un jour de RTT, de congé payé et voire, sans solde

Après l’ouverture des portes de la concurrence grâce à la diminution du taux de la TVA de la restauration publique, les multinationales des services apprécieront cette nouvelle bourde du gouvernement Raffarin à sa juste valeur !
Bye !