[audio:832.mp3]
Après la région Est Rhone Alpes d’Avenance Enseignement Santé l’année dernière où la CFDT a remporté la majorité aux élections du CE
Puis en Ile de France où la direction a usé de subterfuges mais n’a pas réussi à empêcher la CFDT de rentrer dans une majorité de gestion du CE avec notamment le poste de secrétaire, c’est maintenant dans toute la branche de la restauration collective que la CFDT démontre sa popularité parmi les salariés.
Implantation dans le groupe Ansamble avec la reconduction d’une majorité CFDT dans sa filiale Breizh Restauration.
Sogeres (groupe Sodexho) : les élections d’avril 2007 retourne une préférence pour la CFDT avec 4 élus titulaires sur 11 dont le sièges encadrement et un des trois sièges maîtrise avec un résultat identique parmi les suppléants.
Dans le groupe Sodexho, la CFDT, de plus en plus influente, enregistre des résultats électoraux sans précédent dans la filiale scolaire. Grâce à un renouvellement de son équipe, elle est en passe de prendre la première place au Comité de Groupe Européen.
A l’Alsacienne de Restauration, dont les rumeurs prédisent un rachat prochain par le groupe Elior, la CFDT maintient une majorité absolue au CE Nord Est, la région d’origine, et réussit un 100% en Ile de France, étant la seule liste en présence !
Pas étonnant qu’à Compass comme à Avenance Entreprises, les directions puissent tenter de retarder les échéances électorales à jamais !
Ces résultats viendraient-ils contrarier les objectifs de rendement des fonds d’investissement actionnaires ? Compte tenu que Compass et autres cèdent leurs filiales de restauration publique mais conservent leurs filiales de restauration collective, la question est d’actualité.
La CFDT portera haut et fort sa revendication d’un SMIC de droit commun pour les salariés de la restauration collective. En effet, après l’avenant n° 2 à la CCN des HCR, cette branche reste le dernier bastion de cette injustice nationale.
Mais cela ne sera pas la seule exigence !
Comme dit le syndicat patronal majoritaire SNRC dans son document de propositions, il faut maintenant regarder la question de la transparence des rémunérations « avec les clients »
mais aussi avec les organisations syndicales représentatives des salariés. C’est pourquoi la CFDT entend bien mettre sur la table des négociations, la question des remises de cotisations sociales et les milliards d’euros que cela procure aux résultats de ces multinationales tout en privant la majorité de leurs salariés « d’un salaire décent pour vivre » !
A quoi cela sert-il que les cadres supérieurs de ces entreprises paient des cotisations sociales (les entreprises en sont exonérées totalement ou partiellement pour les autres catégories) si elles sont aussitôt expatriés au profit des fonds d’investissements. Les SMICards dont ils ont la charge et la compassion aujourd’hui sont laissés pour compte devant les hasards de financement des retraites à venir et des problèmes de santé provoqués par le non renouvellement des investissements d’équipements. Certaines influences politiques à la mode cultivent d’ores et déjà des pensées malsaines quant au maintien du contrat moral des retraites par répartition. Sa remise ne cause est hors de question !
La CFDT placent sa confiance « en l’humain ». Les résultats dans la RC montrent le bien-fondé de ce raisonnement.