La CFDT renouvelle sa revendication de l’abolition du SMIC restauration collective qui ne frappe que les plus mal payés en permettant au patron de déduire de la feuille de paie du SMICard, la moitié de la valeur des avantages en nature. Voir cet article. A quoi servent les remises de cotisations sociales accordées par le gouvernement à ces multinationales, si les salariés sont payés moins cher que le SMIC national ? Si nul ne doit ignorer la loi, pourquoi les minima ne seraient pas les mêmes pour tous ?
Prochainement, la CFDT organisera des actions ciblées au sein des entreprises de restauration collective, afin d’obtenir le SMIC de droit commun pour les salariés du secteur. Dès aujourd’hui notre syndicat prépare des actions en lien avec ses sections syndicales. Salariés du secteur de la restauration collective, préparez-vous, bientôt ce sera votre tour de revendiquer davantage de pouvoir d’achat !