A l’origine de la négociation du régime complémentaire de remboursement santé, la CFDT n’a pour autant pas souhaité brader les divers points de l’accord qui ne répondent pas à sa volonté d’équité entre les salariés d’une même branche.

Le risque de voir les salariés pénalisés est bien trop important. LA CFDT relève en effet :
– L’absence d’encadrement de tarif qui laissera aux employeurs toute latitude de contracter librement une complémentaire santé, ce qui laisse présager un risque de disparités importantes de cotisations entre les salariés.
– Malgré une répartition égalitaire des cotisations entre employeurs et salariés, il n’en demeure pas moins qu’une prise en charge plus importante de cotisations par l’employeur était nécessaire, compte tenu du nombre élevé des salariés à temps partiel dans la branche.
– L’accord étant obligatoire, certaines entreprises seraient tentées de privilégier l’accord commercial au prix fort avec les organismes de prévoyance et d’assurance, fragilisant ainsi du même coup le pouvoir d’achat des salariés déjà précaires.

L’accord a été signé par 4 organisations syndicales et devrait être applicable avant l’été. La CFDT ne signera donc pas et restera très vigilante sur les tarifs et le choix des opérateurs.