Soutenez les salariés des hôtels cambodgiens
Décidémment, les patrons de l’hôtellerie ont les mêmes pratiques dans le monde entier.
Au Cambodge, les chaînes multinationales des hôtels de luxe qui hébergent les touristes prélèvent un droit de service de 10% sur leurs factures clients. Les sommes collectées sont en principe réservées à un complément de revenus des salariés. L’encadrement n’y a pas droit.
Or, le syndicat cambodgien du tourisme a constaté que ces sommes n’ont jamais été reversées en totalité aux personnels. Il a porté l’affaire devant le Conseil de Médiation (Cambodian Arbitration Council) chargé de régler les conflits de travail et a obtenu des décisions favorables. Le Conseil a enjoint les employeurs à gérer le droit de service dans la transparence et dans l’équité.
Au cours de cette procédure est apparu un document préparé par la DRH de l’un des palaces concernés, le Raffles Grand, qui fournit une idée des salaires pratiqués dans le pays car les salariés y attestent avoir reçu leur paie.
En effet, certains salariés touchent, pour des tâches de nettoyage, $1 (0,82 €) par jour.

Des postes qualifiés comme ceux de jardinier, blanchisseur, valet, cuisinier et room service sont payés $1,67 (1,38 €) par jour et d’autres touchent $2 (1,65 €).
Au total, le coût pour l’hôtel d’un mois de travail des 23 salariés listés était de $1 073,33 (885,29 €). Le prix de 4 chambres pour une nuit !
$1 par jour, c’est la somme considérée par les Nations Unies comme étant la limite de la pauvreté absolue. Quelle genre de vie peuvent avoir les personnels des palaces cambodgiens ? Ils n’ont aucun droit à congés payés, aucune couverture des frais de santé et ne sont pas payés lors des jours fériés nationaux. Ne parlons pas de la durée de travail quotidienne !
La distribution équitable du droit de service dont ils ont été illégalement privé, représenterait pour eux une amélioration notable de leur niveau de vie.
C’est pourquoi nous vous demandons de participer à la campagne de l’UITA (Union Internationale des Travailleurs de l’Alimentation à laquelle la CFDT est affiliée) en signant et en envoyant des e-mails de soutien en cliquant ici.