En effet, depuis décembre 2010, date à laquelle se sont déroulées les élections professionnelles, la CFDT a pris les commandes du CE et doit répondre à un challenge de taille après tous les évènements qui se sont déroulés au sein de cette instance et qui ont jeté l’opprobre sur celle-ci.

Le retour à une bonne gestion
La première mission a été de remettre un cabinet d’expertise comptable avec un objectif de transparence et de mise aux normes comptables. Après la nomination du cabinet AXIA, celui-ci a réalisé une première présentation trimestrielle des comptes aux élus et une nouvelle séance d’information sur la situation comptable a eu lieu mardi 14 juin.
Signe d’une bonne gestion, le nouvel expert-comptable du CE a estimé qu’à ce jour, tout en maintenant les prestations offertes par le CE, voire en les augmentant (cinéma), le budget des œuvres sociales présenterait à la fin de l’année un excédent de plus de 100 000 €. C’est autant d’argent qui pourra être redistribué aux salariés pour en faire profiter un plus grand nombre.
Le second objectif repose sur la mise en conformité du fonctionnement interne du comité. Là aussi, suite à différentes alertes de L’URSSAF ou encore de la direction du travail, le nouveau bureau du comité se devait de fixer des règles claires aussi bien sur le plan des normes d’organisation du travail (système de prévoyance, fiches de fonction
), que dans la procédure d’appel d’offres interne, prévue dans le règlement intérieur du CE.
C’est dans le cadre et avec le respect strict de la procédure d’appel d’offres qu’une agence de voyage sera opérationnelle à partir du 20 juin.

Une totale transparence pour retrouver la confiance des salariés
Toujours dans ce processus de mise en conformité, un commissaire aux comptes est en cours de sélection afin de certifier annuellement les comptes du CE.
Enfin, l’intervention d’un avocat garantissant la légalité des contrats conclus par le comité d’entreprise passera aussi par cette procédure d’appel offre.

L’engagement est de donner une transparence au CE, il reste encore du chemin, mais la prochaine étape est de demander une augmentation de la subvention à la Direction pour répondre aux 14000 salariés de l’Entreprise.
Un site sera dédié pour les informations en interne, et un renouveau de partenariat avec les commerces locaux devra permettre aux salariés d’obtenir un véritable gain de pouvoir d’achat par le biais des réductions consenties.

Force est de constater que la CFDT a tenu ses engagements pris en décembre dernier auprès des salariés. La CFDT, première organisation syndicale représentative à Eurodisney, se devait d’apporter la preuve par des faits précis, sur sa volonté et sa capacité de redonner de la confiance aux 14.000 salariés du parc.